La Russie bannie des Jeux olympiques de 2020 et de la Coupe du monde de 2022

La Russie bannie des Jeux olympiques de 2020 et de la Coupe du monde de 2022

La Russie a été interdite de quatre ans de tous les grands événements sportifs par l’Agence mondiale antidopage (Wada).

Cela signifie que le drapeau et l’hymne de la Russie ne seront pas autorisés lors d’événements tels que les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 et la Coupe du monde de football 2022 au Qatar.

Mais les athlètes qui peuvent prouver qu’ils ne sont pas concernés par u scandale du dopage pourront concourir sous un drapeau neutre.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré que l’interdiction faisait partie d’une “hystérie anti-russe chronique”.

“Il est évident que des problèmes de dopage importants existent toujours en Russie, je veux dire notre communauté sportive”, a-t-il déclaré. “C’est impossible à nier.”

“Mais d’un autre côté, le fait que toutes ces décisions soient répétées, affectant souvent des athlètes qui ont déjà été punis d’une manière ou d’une autre, sans parler de certains autres points – bien sûr, cela fait penser que cela fait partie de l’hystérie anti-russe devenue chronique.”

Le comité exécutif de la Wada a pris la décision unanime d’imposer l’interdiction à la Russie lors d’une réunion à Lausanne, en Suisse, ce lundi 9 décembre.

Cette décision survient après que l’Agence russe antidopage (Rusada) a été déclarée non conforme pour avoir manipulé des données de laboratoire remises aux enquêteurs en janvier 2019.

Celle-ci devait remettre des données à la Wada comme condition de sa réintégration controversée en 2018 après une suspension de trois ans pour son vaste scandale de dopage financé par l’État.

La Wada affirme que la Rusada a 21 jours pour faire appel contre l’interdiction. Si tel est le cas, l’appel sera renvoyé devant le Tribunal Arbitral du Sport (Cas).

Le président de l’AMA, Sir Craig Reedie, a déclaré que la décision montrait sa “détermination à agir résolument face à la crise du dopage russe”.

Il a ajouté : “Pendant trop longtemps, le dopage russe a nui au sport propre. La violation flagrante par les autorités russes des conditions de réintégration de Rusada a exigé une réponse ferme.”

“La Russie a eu toutes les chances de remettre de l’ordre dans sa maison et de rejoindre la communauté mondiale antidopage pour le bien de ses athlètes et pour l’intégrité du sport, mais elle a plutôt choisi de continuer dans sa position de tromperie et de déni”, a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.