Les forces syriennes s’emparent de la majeure partie de la province d’Alep

Les forces syriennes s’emparent de la majeure partie de la province d’Alep

Dimanche 16 février, les forces gouvernementales syriennes ont fait des progrès importants dans la province d’Alep, dans le nord-ouest du pays, s’emparant de la majeure partie de la région tenue par les rebelles, ont annoncé les médias, la veille d’un nouveau cycle de pourparlers entre la Turquie et la Russie sur l’escalade dans la région.

Les récentes avancées du gouvernement syrien dans la région du nord-ouest ont bouleversé une coopération fragile entre Ankara et Moscou, qui soutiennent les factions opposées au conflit, mais ont collaboré à une solution politique de la guerre de près de neuf ans.

La Turquie, qui soutient les rebelles qui cherchent à évincer le président syrien Bashar al-Assad, est scandalisée depuis que les attaques syriennes dans la région d’Idlib ont tué 13 soldats turcs en deux semaines. Le pays a exhorté la Russie à arrêter les attaques, avertissant qu’elle utiliserait la puissance militaire pour repousser les forces syriennes à moins qu’elles ne se retirent d’ici la fin du mois.

Le même dimanche, des avions de combat russes ont lancé de lourdes frappes aériennes dans la province d’Alep, bombardant des villes dont Anadan, qui a ensuite été saisie par les forces syriennes soutenues par des milices soutenues par l’Iran, ont rapporté des sources locales non-officielles

Des sources militaires rebelles ont déclaré que des combattants de l’opposition s’étaient retirés de la région, y compris des villes d’Anadan et d’Haritan.

“En un jour, ils ont pris une zone où, pendant huit ans, ils n’ont pas pu prendre un seul village”, a déclaré Rami Abdulrahman, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé au Royaume-Uni.

”Le régime (syrien) progresse très rapidement dans cette région”, a-t-il déclaré. “Les factions se sont retirées de la majeure partie de la région”, a-t-il ajouté. L’Observatoire a déclaré que les forces syriennes avaient saisi 13 villes et villages de la région.

Ces avancées sont intervenues après que les forces d’Assad ont chassé les insurgés de l’autoroute M5 reliant Alep à Damas, et rouvert la route la plus rapide entre les deux plus grandes villes de Syrie pour la première fois depuis des années, dans une achevée stratégique majeure pour Bachar al-Assad.

Les rebelles soutenus par la Turquie ont lancé une opération à Idlib pour reprendre les zones perdues aux mains du gouvernement syrien. L’agence de presse turque Anadolu a déclaré ce dimanche 16 février qu’un convoi de 100 véhicules de renforts, comprenant des troupes, des chars et des véhicules et équipements militaires, avait été déployé à Idlib.

Jusqu’à présent, la Turquie a envoyé des milliers de troupes et des centaines de convois de matériel militaire pour renforcer ses postes d’observation à Idlib, créés en vertu d’un accord de désescalade de 2018 avec la Russie. Des images de la région montraient de nombreuses maisons drapées de drapeaux turcs, tandis que des images montraient des habitants scandant des slogans au passage des convois.

Un kamikaze avec le principal groupe d’insurgés de la région, la faction jihadiste Hayat Tahrir al-Sham, s’est fait exploser lors d’une attaque contre des positions russes dans la ville de Kafr Alep, a rapporté le journal Ibaa affilié au groupe.

Pourparlers Turquie-Russie

Alors que les forces syriennes poursuivaient leurs efforts pour reprendre Idlib, la dernière grande enclave tenue par les rebelles en Syrie, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré le même dimanche avoir dit à son homologue russe la veille ”que l’agression à Idlib doit s’arrêter et qu’un cessez-le-feu durable doit être mis en place au plus vite.”

S’adressant aux journalistes lors d’un briefing à la Conférence de Munich sur la sécurité, il a ajouté que des responsables turcs et russes discuteraient de la question à Moscou.

M. Çavuşoğlu a également déclaré avoir rencontré des législateurs américains lors de la conférence, et a ajouté que Washington devrait travailler à améliorer ses relations avec Ankara, pas seulement en raison des tensions entre la Turquie et la Russie.

“Nous leur avons dit que nous nous attendions à une approche sincère des États-Unis conformément à l’esprit de notre alliance”, a-t-il déclaré, quelques jours après que le principal envoyé américain pour la Syrie soit venu à Ankara pour des discussions sur Idlib et la coopération en Syrie.

Pour sa part, la Maison Blanche a déclaré que le président Donald Trump avait appelé le président turc Recep Tayyip Erdoğan pour exprimer sa préoccupation face à la violence à Idlib et le remercier des efforts de la Turquie pour prévenir une catastrophe humanitaire.

La Maison Blanche a déclaré que le président américain a exprimé le désir de Washington de mettre fin au soutien russe aux actions d’Assad et de trouver une solution politique au conflit. “Le président Trump a également réitéré qu’une ingérence étrangère continue en Libye ne ferait qu’aggraver la situation”, selon le communiqué officiel de la présidence américaine.

Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que son armée repousserait les forces syriennes si elles ne se retiraient pas d’Idlib d’ici la fin du mois. Le week-end dernier, il a semblé vouloir écourter son ultimatum, affirmant que la Turquie «s’en occuperait» avant la fin du mois s’il n’y avait pas de recul.

Lors d’une réunion avec le président du Parlement iranien Ali Larijani, Bachar al-Assad a quant à lui déclaré que “la nation syrienne était déterminée à libérer toutes les terres syriennes du terrorisme”, selon l’agence de presse syrienne SANA.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.