La Grèce renforce sa frontière suite à la nouvelle vague migratoire

La Grèce renforce sa frontière suite à la nouvelle vague migratoire

La Grèce va étendre sa clôture à la frontière avec la Turquie, a indiqué une source gouvernementale dimanche 8 mars, au milieu des efforts continus des migrants pour entrer en Europe, dans une vague migratoire permise par Ankara.

“Nous avons décidé d’étendre immédiatement la clôture dans trois zones différentes”, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale, ajoutant que les nouvelles sections, au sud de la zone actuellement sous pression, couvriraient environ 36 kilomètres. Le tronçon de clôture actuel sera également amélioré, a ajouté le responsable grec.

Des dizaines de milliers de demandeurs d’asile tentent de franchir la frontière terrestre depuis la Turquie depuis une semaine après qu’Ankara a annoncé qu’elle n’empêcherait plus les gens de tenter de pénétrer dans l’Union européenne. Une source policière a déclaré dimanche à l’AFP que des renforts de police anti-émeutes de tout le pays avaient été envoyés à la frontière ces derniers jours, en plus des drones et des chiens policiers.

Il y a eu de nombreux échanges de gaz lacrymogène d’un côté, et de jets de pierre de l’autre, respectivement entre la police anti-émeute grecque et les migrants. La Turquie a également bombardé les forces grecques de gaz lacrymogène à intervalles réguliers, et Athènes a accusé la police turque de distribuer des pinces coupantes aux migrants pour les aider à franchir la barrière frontalière.

”Au moins cinq morts”

Le gouvernement grec a également rendues publiques le week-end dernier des images qui, selon lui, montrent un véhicule blindé turc aidant à abattre la clôture. “Des parties de la clôture ont été enlevées, à la fois par le véhicule (turc) et avec des pinces coupantes, mais elles sont constamment réparées”, a déclaré Elias Akidis, syndicaliste de la police locale, sur l’antenne de Skai TV.

La Turquie a accusé les gardes-frontières grecs d’avoir utilisé une réponse violente non-proportionnée contre les migrants, en en blessant beaucoup et en en tuant au moins cinq. Athènes a rejeté ces accusation, parlant d’un ”mensonge”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.